Quelques parcours et témoignages


David Beaujouan (promotion 2008-2009)
Thèse financée par une bourse CFR-CEA sur « La simulation des matériaux magnétiques par Dynamique Moléculaire Magnétique » dirigée par Pascal Thibaudeau au CEA Le Ripault.
CDI dans une PME à caractère industriel, la CEDREM, située en région Centre.

 

" Je pense que la force de la formation réside justement dans la diversité des enseignements. Cela permet d’avoir une vision plus globale de la physique des phénomènes non lineaires et de créer des ponts entre différents domaines, au contraire de masters plus spécialisés. Un étudiant qui suivrait la formation a donc l’avantage de ne pas être déjà « enfermé » dans un domaine particulier et est éventuellement plus apte à choisir un sujet de thèse en connaissance de cause.


On a souvent l’impression d’emprunter une voie qui va plus nous fermer des portes qu’en ouvrir. Sachez que ceci est totalement faux. La thèse est une formidable porte de sortie vers le milieu académique mais également vers le milieu industriel. Je pense en être la preuve vivante puisqu’après ce parcours à caractère fondamental j’ai pu intégrer le CEA pour une thèse et aujourd’hui me faire embaucher en CDI dans une PME à caractère industriel. Avant la fin de ma thèse, j’avais signé mon contrat de travail pour travailler dans le milieu de la modélisation des impacts et des explosifs.


Si je peux me permettre un dernier conseil, ne doutez jamais de votre formation. Elle est solide et ouvre de nombreuses portes. Il faut juste en être conscient et ne pas se dévaloriser par rapport aux écoles d’ingénieurs. Si sans thèse, il vous sera difficile de lutter, avec le diplôme de docteur en poche les recruteurs vous regarderont d’un autre œil. "


 

© www.dept.phys.univ-tours.fr

 


Alexandre Zuliani (promotion 2011-2012)
Thèse financée par une bourse ministérielle sur les « Études de systèmes en fortes interactions par manipulation d’atomes froids d’ytterbium dans des états de Rydberg » dirigée par Pierre Pillet au Laboratoire Aimé Cotton.

 

" Étant passionné par la physique dans son ensemble, je voulais pouvoir toucher à tous les domaines avant de me spécialiser dans un domaine bien précis au moment d’une thèse. J’ai donc choisi de suivre le parcours M2 modèles non linéaires en physique car s’agissant d’un master généraliste, il m’a permis de me faire une opinion tranchée sur la plupart des branches de la physique et ainsi de me rendre compte que j’étais au final principalement attiré par la physique atomique et ses nombreux débouchés, ainsi que par la physique quantique en général plutôt que par l’astrophysique par exemple. Les attraits de ce master sont multiples :

  • du fait qu’il soit généraliste, il permet d’aborder nombre de domaines de la physique. Et cette vue d’ensemble est à mon sens indispensable pour tout étudiant indécis comme je l’étais au moment du choix de mon stage de M2 qui est déterminant pour la poursuite des études ;
  • étant un master orienté physique théorique, il permet d’acquérir de très bonnes bases mathématiques qui sont indispensables à mon sens pour espérer embrasser une carrière dans la recherche, la physique reposant entièrement sur le formalisme mathématique. Il permet également d’avoir de bonnes connaissances en simulations numériques, outils indispensables de nos jours, aussi bien en physique théorique qu’en physique expérimentale. "


Juste Jean-Paul Ngome Abiaga (promotion 2006-2007)
Thèse financée par une bourse régionale sur les « (Super) symétries des modèles
semi-classiques en physique théorique et de la matière condensée » dirigée par Peter Horvathy au Laboratoire de Mathématiques et de Physique Théorique.
En poste à l’UNESCO, responsable des programmes de mathématiques et de physique.


" Le M2 m’a permis de faire ma thèse dans de bonnes conditions car j’y ai acquis des connaissances et des méthodes de travail très utiles par la suite. Ce fut également une expérience humaine intéressante et gratifiante. Je trouve mon parcours intéressant car, a priori, je n’étais pas destiné à faire ce que je fais comme travail et pourtant je me rends compte tous les jours que j’y ai été formé (et de manière remarquable) d’une certaine manière. "

 

 

Valentin Besse (promotion 2010-2011)
Thèse financée par une bourse ministérielle sur la « Dynamique non linéaire spatiale et spatio-temporelle de la lumière dans des milieux structurés » dirigée par Georges Boudebs et Hervé Leblond au Laboratoire de Photonique d’Angers.

 

" Ma formation m’a été utile sur plusieurs aspects. Ma thèse traitant, notamment, de la génération et du comportement de solitons (optiques) spatiaux, les cours sur les solitons (même si hydrodynamique, topologique...) m’ont permis d’avoir une connaissance de la zoologie d’équations, de phénomènes lié à ces curieuses bêtes. Les méthodes de résolutions analytiques des équations non linéaires me servent aujourd’hui et je n’ai pas eu à tout apprendre sur le tas.
Les autres cours m’ont offert une vision large de la physique et je peux appréhender une grande variété de situations (gravitations, systèmes dynamiques...). "